à l'ombre d'un bouchon

Beaujolais

, 11:56am


Retrouvez ici les articles et dégustations sur le Beaujolais


Le Beaujolais est très souvent rattaché à la Bourgogne, mais il jouit d’un statut particulier et mérite certainement d’être étudié à part.
La région s’étend sur environ 23000 hectares pour 900000 hectolitres de vins. 98% sont rouges et le Beaujolais blanc reste une curiosité et une exception.
Malheureusement, la région a acquis une mauvaise réputation et cela malencontreusement. Le Beaujolais nouveau, né officiellement en 1951, permet aux vignerons de vendre leur vin en primeur le troisième jeudi de novembre. Derrière la façade de cet immense succès commercial, les vins de la région souffrent.
On en oublie presque qu’il existe d’autres vins en Beaujolais. Tous ont désormais été chargés de cette réputation de vin léger, fruité, au goût de banane qui représente tout de même 60 millions de bouteilles.
Il est désormais difficile de faire changer les mentalités et les a priori. Le Beaujolais est pourtant capable de produire des bouteilles étonnantes.

Histoire :
Depuis les débuts de son existence, le Beaujolais s’est développé grâce à la proximité de la cité de Lyon, qui reste le plus grand débouché pour ses vins.
C’est surtout à partir du XVIIIème siècle que la région s’est agrandie. Grâce au chemin de fer, les vins du beaujolais ont ensuite pu se faire connaître dans la capitale.
Depuis les années 50, le Beaujolais nouveau a donc fait explosé les ventes de la région, mais la qualité s’est retrouvée délaissée.

Géographie :
Le vignoble du Beaujolais est situé entre les villes de Lyon et de Mâcon sur 80km de long, dans une zone ou les collines sont très nombreuses, ce qui permet d’avoir des vignes en pente et souvent exposées au levant.
Le climat est tempéré mais plutôt continental avec souvent des hivers rudes et des étés très chauds.

Sous régions :
Le Beaujolais est coupé en deux sous régions, et ce d’un point de vue géologique. La cité de Villefranche-sur-Saône en est la frontière.
Au sud on trouve la partie surnommée « Pays des pierres dorées » à cause de la présence d’oxyde de fer qui teinte les pierres en jaune. Le relief y est accidenté et les sols assez riches. En sous-sol, le calcaire et le grès sont les plus présents.
Les vins y sont plus légers et sont essentiellement classés en simples Beaujolais.
Au nord se trouve la partie la plus réputée, celle des Beaujolais-villages et des crus du Beaujolais. Les sols pauvres et acides donnent naissances à des vins plus complets et aptes à la garde quand ils sont bien réalisés. La diversité des crus s’explique par les différences de sous-sols.

Appellations :
Trois niveau d’AOC en Beaujolais et 10 crus distincts forment le classement de la région :
-Beaujolais : avec plus de 10000 hectares, c’est la principale appellation de la région. Elle donne des vins simples et fruités dans les trois couleurs, mais principalement en rouge.
-Beaujolais-villages : produit des vins plus structurés venant des coteaux du nord de la région et produits sur des sols granitiques. 6250 hectares et une grande majorité de vins rouges.
-Beaujolais supérieur : appellation confidentielle qui produit les rouges les plus structurés et quelques blancs.

Les 10 crus : ce sont les « stars » de la région. Ils ont obtenu leur propre AOC grâce à la qualité de leurs vins. Ce sont eux qui sont capables de faire changer la réputation de la région. Du nord au sud :
-Saint Amour : peut être le plus léger des vins de crus. 317 hectares et un nom évocateur qui assure un certain succès à cette appellation.
-Juliénas : 600 hectares.

-Chenas: hectares.

-Moulin-à-vent : 680 hectares pour celui qui est certainement le meilleur des crus. Il tire son nom du seul moulin de la région et ses vins peuvent parfois concurrencer ceux de la Côte d’or.
-Fleurie : 880 hectares de sous-sols granitiques et de coteaux abrupts pour un vin féminin vif et fruité.
-Chiroubles : 376 hectares et des vins très fins pour le Beaujolais.
-Morgon : 1000 hectares, un terroir schisteux et un vin apte à la garde.
-Régnier : 746 hectares, le dernier-né des crus. Sols granitiques.
-Brouilly : 1315 hectares pour le plus étendu des crus. Vins plutôt souples.
-Côte de Brouilly : 330 hectares entourés par l’appellation Brouilly. Vins plus charpentés et qui vieillissent mieux que les Brouillys.

Autres appellations proches : Lyonnais et Coteaux du Lyonnais.

Cépages :
Seuls deux cépages ont le droit de cité en Beaujolais.
Le chardonnay est minoritaire et donne les rares vins blancs de l’appellation. Mais la grande particularité du Beaujolais réside dans son cépage principal, le Gamay noir à jus blanc. Ce cépage a été banni de Côte d’or il y a plusieurs siècles au profit du pinot noir. C’est un cépage très fruité et peu tannique. Il est souvent décrié car on le dit sans corps, mais sur les crus du Beaujolais notamment, il est capable de donner des vins structurés et de garde.

Autre particularité importante, le gamay est souvent vinifié en macération carbonique dans la région : les grappes entières sont mises dans des cuves saturées de gaz carbonique pour la vinification.
Le résultat donne des vins fruités, souples et peu tanniques à boire jeunes.

Retrouvez ici les articles et dégustations sur le Beaujolais